VI Edition

VI Edition

VI Edition

LAURÉAT 2006

 

1 vainqueur :

Daniel LECOMTE pour le « Medialiving », solution qui laisse procéder aux copies, mais ne permet le visionnage ou l’audition qu’aux personnes munies des autorisations nécessaires. Cet ingénieur a travaillé dans la diffusion sécurisée et contrôlée des contenus audiovisuels numérisés.

Ce procédé aborde de manière inédite le problème du « piratage » des œuvres audiovisuelles et débouche sur des applications professionnelles et grand public. 

3 Finalistes :

 

Dominique van den BOSSCH a mis au point un nouveau type de vérin électrique, et entrepris avec succès d’en développer une application industrielle d’envergure en aéronautique civile qui permet de suppléer aux défaillances éventuelles des vérins hydrauliques classiques, plus vulnérables, et dont la rupture peut être catastrophique en vol.

Les vérins électriques participent d’une tendance de fond dans cette industrie, visant à terme à généraliser l’avion « tout électrique » (au niveau de la transmission de puissance), garantissant plus de sécurité.

Franck CLAEYSSEN a développé des actionneurs piézoélectriques opérant à l’échelle des micros et nano systèmes : ils permettent de réaliser des opérations mécaniques d’une extrême précision, comme des micro-alignements (dans les domaines de l’optique), ou des micro-balayages (en photolithographie par exemple).

Cette technologie, associée aux développements très prometteurs des micro- et nanotechnologies, a et aura des débouchés considérables dans les domaines requérant des instruments de haute précision micro- et nanométrique. Les secteurs les plus concernés sont l’aéronautique et l’espace, les télécommunications, l’instrumentation biomédicale, l’optique instrumentale de mesure ou encore, pour certains composants, l’automobile.

Siham EL KASMI a travaillé dans le domaine des sciences environnementales et de la chimie verte à la pointe de l’innovation.

Silham EL KASMI, responsable Recherche et Développement Bois du groupe Lapeyre, a mis au point un procédé inédit et entièrement naturel de traitement du bois, qui permet de porter la durabilité du matériau à 30 ans.

Ce traitement est un anhydride mixte. Il modifie par « greffage chimique » la composition du bois, le rendant parfaitement stable et lui conférant une durée de vie inégalée. Il supprime, de fait, les fortes contraintes d’entretien (contre les variations d’humidité, de lumière, contre les insectes…) que le bois représente dans la construction.

admin

Laisser un commentaire

Close
Close

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

Close

Close